Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 10:40
Dyssynchronie de l'HP du quatrième âge avec Jean-François Laurent

Dyssynchronie du quatrième âge

Je viens de prendre conscience d’une autre souffrance possible chez des APIES ou des Hauts potentiels complexes, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas en harmonie, qui ne se sont pas révélés à eux-mêmes.

Je vis au quotidien avec des personnes âgées dont un APIE de 87 ans, APIE qui a souffert de ne pas avoir été reconnu pour qui il était, qui n’a pas pu mettre ses grandes capacités intellectuelles au service d’une carrière brillante. Il fut simplement un fonctionnaire « gratte papier » dans un bureau par manque d’entourage étayant, par manque de confiance en soi.

A 87 ans, toujours brillant intellectuellement, sur mémorisé qui se souvient de tout avec une vivacité incroyable, sa voix est claire et absolument pas chevrotante. Il lit beaucoup, il se passionne depuis toujours pour la deuxième guerre mondiale et consulte des ouvrages dont lui seul connaît l’existence. En anecdote, je raconte cette scène tant significative. Ce vieux monsieur est en train de lire le journal (Corse matin) et se met en colère :

« - Ils disent des mensonges, ils n’ont pas vérifié leurs sources.

  • Que se passe-t-il Pierre ?
  • Ils expliquent que les deux torpilles retrouvées dans le port sont arrivées par erreur, c’est faux, archi faux ! Ce sont les italiens qui ont mis ces torpilles anglaises à cet endroit ! » Et voilà qu’il me raconte avec moult détails cet épisode de la guerre. Quand je lui demande comment il connaît cette histoire, il m’explique qu’il l’a lu dans le journal de son père en 1943, « le petit Bastiais » et qu’il s’en souvenait.

Voici le tableau d’un vieillard sur mémorisé, toujours brillant, mémoire vivante d’un village de Corse, dépositaire de certaines expressions en langue corse que seul lui connaît… et qui se retrouve enfermé dans un corps qui ne suit plus. Il a beaucoup de difficultés pour se mouvoir, a des pertes d’équilibres, marche avec deux cannes et aidés d’une autre personne. Voilà un APIE qui vit comme une personne de 60 ans dans sa tête, mais dont le corps ne suit pas. Les émotions sont toujours fortes, les désirs, envies toujours présentes, le besoin d’échanger y compris intellectuellement là. Et sa condition de personne à mobilité très réduite l’en empêche, son entourage proche, son épouse n’est pas du tout dans le même état et le voilà obligé de côtoyer une personne avec peu de conversation suivie. Il est emprisonné dans ce corps qui ne correspond pas à son âge mental, à son âge affectif. Il se noie dans des regrets, dans des rêves, dans des envies qu’il ne peut plus assouvir par manque d’autonomie physique, de possibilité de se déplacer, de personnes qui réagiraient comme lui.

Parlons de sur mémorisation. Pierre m’explique les avantages et les inconvénients de cette sur mémorisation. Oui, nous nous souvenons de tous les bons souvenirs et c’est très agréable, « Mais je me souviens également de tous les mauvais moments, tous sans exception et là, ce n’est vraiment pas drôle ! »

Une souffrance de plus, un décalage de plus et nous le trouvons régulièrement parti dans sa tête à revivre des beaux moments de sa vie et tous les possibles… qui ne le sont plus. Et très nostalgique parfois de se souvenir de toutes les occasions qu’il n’a pas saisies, de toutes les gamelles vécues, les coups tordus, les épines dans le cœur.

Cette dyssynchronie, cet écart entre le corps et l’esprit, quand je lui ai expliqué ce que j’analysais, il m’a dit : « C’est exactement ça, je me promène avec ma prison. Je suis en prison dans mon corps.

Bien amicalement à tous

Jean-François Laurent

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Il y'a 6 mois j'apprenais ma douance a 35 ans . Pour expliquer ma vision de cette revelation j'ai expliqué mon impression d'avoir été dans un labyrinthe toute ma vie, j'avais tourné cherchant une sortie, l'entrée etait pas loin mais fermé a clé. Et un jours j'ai compris que la clé etait dans ma poche. J'avai erré dans ce labyrinthe de douance sans en comprendre le sens. A 35 ans c'est un labyrinthe mais a 87 ans ce doit étre une prison en effet.
Répondre
L
Je ne pense pas non plus qu'il faille attendre d'avoir un âge avancé pour être, ou se sentir, prisonnier de son propre corps. On peut également se sentir prisonnier dans un espace autre que le corps, comme dans la description "un espace tête trop grand pour un espace terre trop petit"... un de mes ressenti lorsque j'avais 25 ans...<br /> C'est un témoignage que je trouve en partie angoissant, revivre sans cesse les épisodes de sa vie, c'est fatiguant, cela a un côté agréable, certes, mais c'est fatiguant parfois, j'espérais que cela s'estompe avec le temps et il semble que ce n'est pas le cas... ressasser encore et encore les échecs, les mauvais choix, ce qui aurait pu mais n'a pas été, car on ne savait pas... tout cela pour ça... un cerveau différent, un don, oui, mais une malédiction parfois.
Répondre
Z
Témoignage intéressant... poignant... Combien sont ils? Et doit on attendre d'avoir un âge avancé pour être prisonnier de son propre corps? Je ne pense pas...
Répondre
F
Emouvant.
Répondre

Qui Suis- Je ?

  • : Le blog de Jean-François LAURENT
  • : Présentation de mes activités de formateur, conférencier et écrivain dans les domaines de l'éducation : enfants intellectuellement précoces, HPI, EIP, APIE, ainsi que tout ce qui touche l'autorité, la violence, le conflit, les règles dans les établissements scolaires. Me retrouver sur le site : www.jeanfrancoislaurent.com
  • Contact

Classe De Cycle 3