Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 18:51

Poser le « petit cadre » permet de baliser le « grand chemin »

Nous entendons de plus en plus souvent parler du cadre bienveillant qui revient en boucle, qui devient indispensable et j’en suis convaincu. Souvent, nous nous concentrons sur la bienveillance. Aujourd’hui, je vais poser mon regard sur le cadre. Comment poser le cadre avec un tout petit ? De quel cadre parle-t-on ? Y a t-il plusieurs cadres ?

Avec nos petits précoces comme avec les grands d’ailleurs, ceux-ci vont se servir du cadre pour avancer, se structurer et se rassurer. Le cadre ne se réduit pas à poser des interdits afin que le jeune vienne s’y frotter et voit les effets de la transgression sur les adultes responsables. Le cadre, c’est aussi créer les espaces dans lesquels le jeune évoluera, limiter cet espace, organiser cet espace, permettre des relations saines dans cet espace. Le cadre pour moi est à la fois le contenu et le contenant. Nous pouvons donc poser notre regard autant sur les couleurs de la toile que sur les limites du tableau.

Nos petits précoces, encore plus que les autres jeunes, ont besoin de ce cadre sur lequel s’appuyer pour naviguer. Un jeune qui n’a pas de cadre ou un cadre trop fluctuant en fonction des personnes ou des circonstances risque de beaucoup souffrir. Il peut développer des angoisses, des difficultés à accepter les contraintes, voire plus développer des pathologies.

Qu’est-ce que j’appelle le « petit cadre » ? Ce sont tous ces petits riens qui facilitent la vie ensemble : la politesse, la formulation, la tenue, l’aide à la collectivité, le respect des horaires, le respect des fonctions au sein de l’organisation… et il est fondamental de les tenir. « Kévin vient d’arriver chez ses grands-parents. Il est enthousiaste et déborde d’émotions qui le font partir dans tous les sens. Le premier repas arrive très vite et l’enfant déborde, parle mal, a des demandes insistantes qui ne conviennent pas. Pendant 45 minutes, les grands-parents ont repris l’enfant : « Merci qui ?... S’il te... ? Oui, s’il te plat qui ?... Tu ne parles pas comme cela, tu parles normalement, sans pleurer. Tu demandes pour sortir de table. Comment dit-on ? »

Et à chaque reformulation correcte, l’enfant est félicité. Les adultes ne lâchent pas un pouce de terrain sur la forme, ils balisent le chemin avec ces petits riens qui deviennent rassurants, cadrant pour l’enfant. Le deuxième repas s’est passé de bien meilleure manière. Ce petit cadre donne le « la » au grand cadre, celui qui pose les grandes directions. Le tout jeune enfant, s’il est guidé sur les petites règles, se sent rassuré et de ce fait a moins envie, voire besoin de transgresser les règles. Il se sent mieux et sait mieux écouter ses émotions, ses envies, les exprimer de manière correcte. Il est plus calme, posé, tout comme l’adulte qui ne se retrouve pas à passer son temps à reprendre l’enfant pour n’avoir su le rassurer dès le départ. Cadrer un enfant de manière juste et douce, c’est l’aimer et l’aider à se construire, à se canaliser. Pour nos petits précoces dont les émotions sont débordantes, c’est un processus indispensable à leur bonheur. Pouvoir s’appuyer sur un adulte stable, harmonieux, ferme et juste.

Pour un adolescent, il est important également de tenir sur ces petites règles du quotidien comme mettre la table, ramasser son bol. Si l’adulte ne tient pas sur ces petites règles, le jeune ira chercher l’adulte sur des règles plus importantes comme les horaires de sortie, fumer ou boire… Ce qui ne garantit absolument pas qu’il n’y aura pas de transgressions majeures.

Nous le voyons souvent, tenir les règles commence par tenir les petites règles du quotidien qui balisent le chemin de confiance du jeune.

Jean-François LAURENT

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Bonjour,<br /> <br /> Je suis Mireille, la maman de la petite Ambre de 13 ans que vous avez rencontrée un dimanche après-midi à la Réunion. Après cet échange plein de douceur et d’émotion (tout ce que j’aime, je me roulerais dedans
Répondre

Qui Suis- Je ?

  • : Le blog de Jean-François LAURENT
  • : Présentation de mes activités de formateur, conférencier et écrivain dans les domaines de l'éducation : enfants intellectuellement précoces, HPI, EIP, APIE, ainsi que tout ce qui touche l'autorité, la violence, le conflit, les règles dans les établissements scolaires. Me retrouver sur le site : www.jeanfrancoislaurent.com
  • Contact

Classe De Cycle 3