Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 10:13

Si tu savais…

 

Si tu savais comme depuis tout petit je trouve la vie compliquée. Ça a commencé dès mon plus jeune âge. Tout rentrait fort en moi, trop fort. Quand maman me grondait, j’avais peur qu’elle ne m’aime plus, alors je cherchais à être parfait, mais je n’y arrivais pas. J’étais juste trop petit et je me sentais coupable, je me trouvais vilain. Quand, en plus, je me trouvais sur le « banc des vilains » à l’école maternelle parce que je parlais trop ou n’arrivais pas à contrôler un temps soit peu l’expression de mes émotions, je me disais que la maîtresse avait raison et que maman ne pourrait jamais m’aimer.

 

            Si tu savais ce qui se passait dans ma tête et dans mon cœur… J’avais trois ans et je sentais bien que papa et maman ne s’entendaient plus. Je les entendais, je le percevais à d’infinis signaux : un regard trop appuyé, la voix un demi-ton au dessus que la normale, un pas plus rapide. Pourtant, ils ne me disaient rien, mais je le sentais. C’était pire parce que je croyais que c’était de ma faute. Je me sentais responsable. Aussi, je n’arrivais plus à m’endormir, je tapais contre les cloisons de ma chambre avec ma tête et ils me grondaient. Je ne comprenais pas, je ne comprenais plus pourquoi. Je perdais confiance en moi avec ces attitudes que moi-même je subissais. Je sentais comme un monstre qui poussait en moi au cours de ces tempêtes émotionnelles nombreuses qui me déroutaient et que mes parents ne pouvaient pas comprendre.

 

            Si tu savais le calvaire de la fête de l’école, j’avais quatre ans. J’étais heureux d’aller danser sur scène, je me réjouissais. J’avais appris facilement la chanson et je devais danser avec mon copain Antoine, mais on s’est disputé juste avant. Alors que je devais monter sur scène, ce fut impossible pour moi d’enfiler le costume prévu. Je restai figé devant l’ensemble des gens du village. Et même si ma famille a été géniale et m’a encouragé, j’eus honte de moi. Pourquoi je n’arrivais à faire comme tout le monde alors que je suis, paraît-il, plus intelligent que la moyenne. J’en doute vraiment.

            Si tu savais comment j’ai vécu le fameux « complexe d’Œdipe »… Un ou deux ans plus tard je ne m’en souviens plus exactement, alors que je voulais me marier avec maman et qu’elle m’expliqua que ce n’était pas possible, je ne compris pas. Ce fut une déchirure atroce à vivre, une blessure profonde dans mon petit cœur d’enfant. J’ai pu négocier que ma maison serait à côté de la sienne et qu’une porte nous relierait. Cela m’empêcha de dormir longtemps. Je perdais confiance en moi.

 

            Et il y avait ces étiquettes sur mes vêtements ou plutôt sous mes vêtements qui me rendaient fou, qui m’irritaient au plus haut point. Des voisines bien attentionnées expliquaient à ma maman et mon papa que c’était un caprice et qu’ils devaient s’imposer. Heureusement, maman qui avait vécu la même chose petite ne se laissa pas influencer. Elle se fâcha avec sa copine. Je savais que c’était à cause de moi. Je me sentis mal avec ça.

 

            Si tu savais comme à l’école, je m’ennuyais. Bien sûr que je n’étais pas le seul à m’ennuyer, mais j’avais l’impression que cela prenait une ampleur plus grande chez moi. Je me faisais souvent punir parce que je faisais le clown. Etais-je un clown ? Je voyais que d’autres enfants n’arrivaient pas à apprendre. Cela me touchait. Je trouvais cela injuste. Alors, j’arrêtais d’apprendre. J’ai fait comme eux, nous étions alors amis.

            Si tu savais toutes les questions que je me posais, des questions récurrentes qui reviennent sans cesse, chaque soir, même au cours de la journée, sur le sens de la vie, de la mort, sur l’amour, le pourquoi des éléments… Et je n’avais pas toutes les réponses, cela m’angoissait et je devins agressif ou renfermé, cela dépendait des jours. Je ne comprenais pas pourquoi.

            Si tu savais mon adolescence… Pour beaucoup, c’est une tempête, pour moi, ce fut une suite d’ouragans. Le moindre flirt qui se finissait en rupture, d’ailleurs, je n’ai jamais vécu de flirts légers, c’était à chaque fois les plus intenses histoires d’amour que la Terre ait portées. Quand elles se terminaient, le Monde s’effondrait. Oui, comme pour tout ado, mais en plus dense, en plus puissant encore. Je tentais de me remettre, mais à chaque fois, je laissais un peu de confiance en moi sur le bord du chemin de la Vie. Puis quand enfin, à 16 ans, une fille s’intéressa encore plus à moi, je fus touché, je tombais follement amoureux, me mariais avec toute ma naïveté sans mesurer sa nocivité pour moi. Je le compris bien plus tard. J’avais une telle soif d’aimer et d’être aimé, j’avais si peu confiance en moi que je me jetais corps et âme dans cette liaison mortelle (ou presque). Je restai enfermé longtemps avant de pouvoir m’en sortir. Ce fut grâce à ma confiance travaillée et gagnée petit à petit que je sauvais ma peau.

 

            Si tu savais comment je vis avec ce cerveau qui ne prend jamais de vacances et de fait qui m’angoisse, avec ces écarts de maturité entre ce qui est du registre cognitif et l’émotionnel qui rase tout. Ces idées qui fusent sans arrêt saturent mon disque dur.

 

            Et pourtant, je ne suis pas dyslexique, « dyscalculique », dysorthographique,  dysphasique, dyspraxique. Je ne suis pas TDA avec ou sans le H, je n’ai à priori pas d’autres troubles. Je n’ai pas non plus eu une crise d’appendicite à chaque rentrée des classes. Je suis simplement troublé par ma précocité, mon haut potentiel. Si tes statistiques, tes enquêtes scientifiques, tes cohortes, montrent le contraire, je t’invite à venir me rencontrer. Je ne suis pas « pathos » non plus, j’ai juste des caractéristiques qui font que pour moi qui suis à profil complexe et hétérogène, la vie a des couleurs plus vives et mordantes, trop éclatantes peut-être et nécessite un traitement particulier, un soin particulier, des lunettes bien réglées. Et nous sommes nombreux dans ce cas, très nombreux, peu importe la proportion.

 

            Si tu savais… J’ai fait un long chemin pour découvrir ou redécouvrir les belles richesses enfouies en moi, les mettre au service des autres, les offrir, les partager. Et je m’en réjouis. J’ai recherché mes ressources, ma capacité à la résilience qui est grande. J’ai découvert d’autres chemins, d’autres personnes.

 

 

            Entre être à l’écoute, apporter grand soin, écouter, accompagner, décoder… et « pathologiser », il y a un Monde. Juste gagner confiance en toi.

 

            Alors, si tu savais…

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ruithe 12/06/2019 18:36

J'étais mariée à mon mari pendant 5 ans. Nous vivions ensemble heureux pendant ces années et pas tant qu'il ne s'est pas rendu en Italie pour un voyage d'affaires où il a rencontré cette fille. Depuis, il me déteste, aime les enfants et ne l'aime que. donc, quand mon mari est rentré du voyage, il a dit qu'il ne voulait plus nous revoir, moi et mes enfants, alors il nous a conduits hors de la maison et il se rendait maintenant en Italie pour voir cette autre femme. donc moi et mes enfants étions maintenant tellement frustrés et je restais juste avec ma mère et je ne traitais pas bien parce que ma mère s'était mariée à un autre homme après la mort de mon père, donc l'homme avec qui elle s'était mariée ne la traitait pas bien et mes enfants étaient si confus et je cherchais un moyen de ramener mon mari à la maison parce que je l’aimais et le chérissais tellement un jour que j’étais en train de naviguer sur mon ordinateur j’ai vu un témoignage sur ce témoignage de castrateur partagé sur Internet par une dame et cela m'impressionne tellement que je pense aussi à l'essayer. Au début, j'avais peur, mais quand je pense à ce que mes enfants et moi traversons, je le contacte et il me dit de rester calme pendant seulement 24 heures afin que mon mari revienne vers moi et à ma plus grande surprise, j'ai reçu un appel. de mon mari le deuxième jour en demandant après les enfants et j'ai appelé et il a dit que vos problèmes sont résolus mon enfant. c’est ainsi que j’ai retrouvé ma famille après un long stress causé par une dame diabolique, alors, avec toute cette aide de DR ODION, je tiens à ce que tous les membres de ce forum se joignent à moi pour dire un grand merci à DR ODION. des conseils pour tous ceux qui rencontrent des problèmes similaires ou similaires ou pour tout type de problèmes devraient également le contacter par courrier électronique. Il est la solution à tous vos problèmes et à toutes les difficultés de la vie. une fois de plus son adresse e-mail est (drodion60@yandex.com) ou lui WhatsApp via +2349060503921 En effet, il est un Dieu envoyé.

Fabienne 26/02/2019 15:21

Bonjour
En lisant ce texte j'imagine mon père mon fils ..et moi (en moindre mesure mon mari et ma fille...)

Hélène 03/10/2018 12:15

Bonjour, cela fait quelques mois que lors d'échanges avec une psychologue, elle a posé les mots "haut potentiel" et tout ce qui va avec... Finalement, j'apprend que ce sentiement d'être un peu une exception n'est pas tout à fait erroné. Au début, c'est rassurant... puis à force de lire, de voir que nous sommes très très nombreux, le manque de confiance et la peur reprennent le dessus : en fait, si nous fonctionnions tous comme ça?
Pendant longtemps je croyais que tout le monde fonctionnait comme moi, avait la même lecture, donc c'est moi qui suis moins capable puisque je n'y arrive pas... puis après, on me dit, c'est normal car c'est un fonctionnement particulier... et puis maintenant, je me dis mais en fait, c'est le cas de tout le monde... le serpent se mord la queue... qu'en pensez vous? avez vous eu ces sensations/sentiments/réflexions/émotions aussi?
Merci pour votre retour

Inconnue 05/07/2021 11:18

Bonjour Hélène, votre commentaire date mais j'ai quand même envie d'y répondre car je me suis sentie dans les mêmes errances et doutes que vous ! Je crois que, oui, il y a beaucoup de gens qui fonctionnent comme cela. Mais que non, tout le monde ne fonctionne comme cela. Et maintenant, plutôt que de regarder les choses sous un angle "on est une minorité différente", je les regarde plutôt sous l'angle "il y a plusieurs façons de fonctionner, on est un certain nombre à fonctionner de cette façon là, une autre partie a un autre fonctionnement, une autre partie encore un autre..." Donc on n'est pas mieux ou moins bien que les autres, on n'est pas "plus différents" que les autres, mais apprendre à déchiffrer son propre fonctionnement est très utile pour donner le meilleur de soi-même !

Viviane 14/04/2018 07:13

Je viens d'être reconnue "zèbre"... comment le dire ? Votre article y répond. C'est la première fois que je comprends que je ne suis pas la seul comme ça ; c'est la première fois que je me sens comprise - à la fois troublant et libérateur.

Glad 08/12/2017 14:34

Quel magnifique texte! J'ai reconnu mon fils décelé précoce et j'ai versé quelques larmes en vous lisant car je sens qu'il a du mal avec son entourage et je ne sais pas comment l'aider. J'aimerais beaucoup connaitre les dates de vos conférences près de Feurs dans la département de la Loire (42). J'y assisterais avec plaisir je pense.
Merci encore pour ce texte!

Qui Suis- Je ?

  • : Le blog de Jean-François LAURENT
  • : Présentation de mes activités de formateur, conférencier et écrivain dans les domaines de l'éducation : enfants intellectuellement précoces, HPI, EIP, APIE, ainsi que tout ce qui touche l'autorité, la violence, le conflit, les règles dans les établissements scolaires. Me retrouver sur le site : www.jeanfrancoislaurent.com
  • Contact

Classe De Cycle 3