Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 12:18
28082010438.JPGComme vous le savez certainement, ma recherche sur la précocité intellectuelle, ces hauts potentiels que j’appelle APIE, porte plus précisément sur les couples APIE / Pervers qu’on retrouve régulièrement. Effectivement, dans les associations de couples que ce soit en amitié ou en amour, les couples qui peuvent très bien fonctionner sont les APIES / gentils, les APIES / APIES, et un couple qui ne fonctionne pas (en tout cas pour l’APIE) est le couple APIE / Pervers.
Je me penche actuellement sur les enfants de ces couples APIES / Pervers. De par l’observation qualitative que j’ai pu mettre en place, nous remarquons des tendances lourdes chez ces enfants qui peuvent être APIES ou pas. La première remarque que je relève est le manque de cadre et ceci pour au moins deux raisons :
- Le pervers a tendance à dénigrer l’autorité de son conjoint et à lui enlever petit à petit toute autorité, tout cadre stable vis-à-vis de son ou ses enfants. Il (ou elle) donne des contre ordres, dénigre son conjoint vis-à-vis des enfants, ce qui empêche ou rend très difficile pour l’autre parent d’imposer un cadre cohérent. L’autre va saboter l’autorité de l’autre parent et ne pourra plus se faire respecter, quitte à ce que ces contre ordres soient au détriment de l’enfant.
- Le pervers dénigrera également l’autorité des institutions qui gravitent autour de l’enfant. Il voudra une nouvelle fois imposer son cadre en association sportive, à l’école… L’enfant ne va pas comprendre, il va être  « azimuté » et choisira à l’usure le camp de son parent pervers, d’autant plus s’il est APIE.
- Le pervers a tendance à vouloir systématiquement imposer son propre cadre à l’extérieur. Il sera souvent dans la toute-puissance vis-à-vis de son enfant, mais également de son environnement éducatif. Il arrivera en retard à un rendez-vous, il donnera des consignes opposées à l’école à son enfant, il dénigrera le professeur. Il tentera d’imposer sa loi, ses règles à son entourage, quitte à aller à l’encontre des intérêts de son enfant. Il choisira les relations de son enfant. Il forcera pour avoir un rendez-vous. Il imposera un courrier alors que c’est interdit. Il glissera une autorisation de téléphone portable à l’école alors que le règlement intérieur de l’établissement le refuse, il interviendra auprès de l’entraîneur de sport… L’enfant perd des repères pour ne garder que le repère de son parents pervers, seul à même de l’éduquer et de respecter ses intérêts, seul maître à bord et décideur pour l’enfant.
Comment l’enfant peut-il se construire dans ses conditions ? Comment peut-il sortir de cette position d’objet du parent pervers ? Il veut respecter les règles, mais il a un exemple contraire par l’intermédiaire d’un de ses parents. Il est soutenu alors qu’il devrait être contenu, un de ses parents n’a plus d’autorité.
Comment sortir de cette nasse et permettre à l’enfant de grandir sans développer des symptômes de toute puissance, des angoisses par trop d’instabilité, la peur de ne plus être aimé par son parent pervers qui joue sans cesse sur ce levier du chantage affectif sournois et presqu’invisible ?
Je vois ici au moins deux solutions ou deux sorties possibles de ce cercle infernal :
- La chance d’avoir à proximité une personne tuteur de résilience, un oncle, une tante, un professeur, éducateur, entraîneur, quelqu’un qui s’inscrive dans la durée auprès de l’enfant, un grand parent qui l’aime pour qui il est et non pour ce qu’il fait et représente, un grand parent avec qui il est aimé gratuitement, sans conditions, un grand parent qui cadre de manière stable et continue, un grand parent « normal » et sur qui l’enfant pourra se construire.
- Un travail sur soi. Encore plus dans ces conditions, un APIE pris dans la nasse du pervers, que ce soit par son conjoint ou un de ses parents, il ne peut pas faire l’économie d’un travail d’exploration de soi en privilégiant soit une psychothérapie « classique », une arthérapie, un travail privilégiant le corps… tout moyen qui lui permettra de gagner confiance en lui, de mieux identifier ses émotions et comprendre les relations qui l’entourent.
- Un autre moyen utilisé est la fuite consciente, la rupture totale avec son parent pervers si celui-ci n’a pas encore réussi à isoler l’enfant de l’autre parent. Sans relations, il pourra se reconstruire à l’âge adulte, mais les dégâts risquent d’être importants, mais c’est le prix à payer pour reprendre un cycle ordinaire épanouissant de vie et sortir des griffes du pervers qui lui, le restera toute sa vie.
A suivre, à approfondir…
      Jean-François Laurent
Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> Monsieur Laurent,<br /> <br /> <br /> Je vous remercie chaudement d'avoir écrit cet article, je m'y reconnais tellement ! Et je découvre en vous lisant que mon histoire, que je pensais si sordidement singulière, suit un scénario bien<br /> huilé, et répertorié.<br /> <br /> <br /> Je me suis découverte très récemment THQI (APIE, zèbre, surdouée, peu importe), ainsi que trois de mes quatre enfants, mais le quatrième me semble encore "pire" que les trois autres, il est<br /> simplement encore trop jeune pour être testé...<br /> <br /> <br /> Le père de mes deux aînés était un PN avec qui j'ai cohabité 12 ans, avant de parvenir à le quitter dans un réflexe de survie. Notre fils, aujourd'hui adolescent vient dont d'être détecté... Et<br /> la psychologue a trouvé qu'il avait "idéalisé son père à un tel point que dans son souci de l'égaler, pour lui plaire et gagner son amour, la barre lui semple si haut que cela lui paraît perdu<br /> d'avance". Aujourd'hui il a une image de lui même fortement dégradée, et il va falloir travailler longuement dessus... Avec un père à distance qui s'emploie toujours, inconsciemment ou non à<br /> défaire grossièrement ce que j'essaie de tricoter chaque jour...<br /> <br /> <br /> Ce petit mot pour illustrer votre article, s'il en était besoin. Merci encore, je continue à vous lire assidûment !<br /> <br /> <br /> Laure<br />
Répondre
J
<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> <br />      Toutes ces découvertes font du bien et se savoir APIE également. je vous conseille, si vous ne l'avez pas encore lu, le livre de Françoise Hirrigoyen sur la perversion morale.<br /> Un PN rend "objet" ses enfants et les utilise comme des armes contre l'autre (je sais très personnellement de quoi je parle) avant de les jeterou oublier quand ils ne lui serviront plus. Pour<br /> l'APIE, cela prend encore plus d'ampleur dans le ressenti. Je comprends également très bien lorsque vous parlez de geste de survie. Plus votre enfant aura une image dévalorisée de lui-même, plus<br /> il sera manipulable facilement. Votre "job", c'est de lui donner confiance en lui ! Et c'est difficile.<br /> <br /> <br />    Vous pouvez continuer à converser en MP sur ma boîte mail : jflaurent2b@gmail.com <br /> <br /> <br /> <br />

Qui Suis- Je ?

  • : Le blog de Jean-François LAURENT
  • : Présentation de mes activités de formateur, conférencier et écrivain dans les domaines de l'éducation : enfants intellectuellement précoces, HPI, EIP, APIE, ainsi que tout ce qui touche l'autorité, la violence, le conflit, les règles dans les établissements scolaires. Me retrouver sur le site : www.jeanfrancoislaurent.com
  • Contact

Classe De Cycle 3