Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 07:19
       Je suis très en colère, voire une nouvelle fois déçu et heureux de voir que des éducateurs enseignants ne baissent pas les bras.

Je m'explique et vous décris la situation :
      "Prikesh", nom d'emprunt est élève de 6ème dans un centre scolaire privé catholique sous contrat avec l'état de Lyon après avoir été en CM2 dans le même centre.C'est un enfant arrivé d'Albanie à l'age de 4 ans après avoir subi des blessures aux jambes et être resté dans le coma une à deux semaines. Cet enfant parle bien français, sans accent, mais les matières traditionnelles liées au langage restent faibles : grammaire, conjugaison, orthographe. Son vocabulaire en français reste pauvre, mais ne demande qu'à s'enrichir. Prikesh est un enfant sensible, doué en mathématiques, écorché vif qui a une image de lui très dévalorisée. Son CM2 s'est bien passé. L'équipe éducative l'a pris en charge avec ses différences, l'a accompagné avec ses différences, ses révoltes, ses difficultés. Elle lui a proposé un cadre bienveillant, souple et ferme à la fois. Prikesh a retrouvé goût à l'école et confiance dans les professeurs.
    "Rien ne peut compenser une seule larme d'un seul enfant."
                                                        Fiodor Dostoïevski (1821-1881), Les Frères Karamazov.

     Ce travail a été saboté en moins de 15 jours. Dès son arrivée au collège, il a posé problème à l'équipe des professeurs qui l'a vu arriver avec appréhension. L'enfant dit lui-même qu'il s'est senti rejeté dès les premiers jours. "De toute façon, ils ne m'aimaient pas dès le départ". 
      Les professeurs ont joué avec les cartes qu'ils avaient en main pour le contenir :  mots dans le carnet de correspondance, colles le mercredi,  exclusion temporaire du cours, visite chez le CPE, chez le directeur, convocation des parents, exclusion temporaire de l'établissement jusqu'à l'exclusion définitive prononcée à 4 semaines des vacances de Noël. 
Plus ils durcissaient leur position, plus l'enfant devenait agressif et insupportable. Mais c'était de sa faute. il allait bien se plier !

     Depuis, Prikesh n'a pas trouvé d'établissement privé catholique sous contrat avec l'état d'accueil. Aucun ne le veut : Bouge trop, perturbateur... Que fait-on de cet enfant dont la famille souhaite qu'il reste dans l'enseignement privé catholique ?

" La violence n'est pas innée chez l'homme. Elle s'acquiert par l'éducation et la pratique sociale. "
                                         Joseph Ernest Renan est un écrivain, philosophe et historien français (1823  1892)


    Depuis son renvoi du collège, L'équipe de l'école a pris en charge l'enfant. Il est accueilli en maternelle et aide les maîtresses. Une surveillante qui ne supporte pas cette situation lui donne quand elle le peut des cours particuliers gratuits. Et là, miracle ! Il se révèle un enfant attentionné, délicat, travailleur, aidant les petits, poli, tenace.... Et non cet enfant décrit comme violent, agressif, perturbateur. Bien sûr, il s'agit d'une situation temporaire en attendant un accueil en collège. La directrice de l'école primaire a un très bon contact avec le collège privé de Rillieux et espère qu'il sera accueilli dans cet établissement.

    Ce qui me choque au plus profond, c'est cet enfant qui, tous les jours, voit les professeurs de son collège, son CPE, son directeur... et personne, je dis bien personne ne se préoccupe de son avenir. Qu'ils n'aient pas su faire, c'est une chose et ce n'est pas le plus important si nous nous remettons en cause. Nous devons être humble devant les blessures d'enfants qui peuvent nous destabiliser. Par contre, que cet enfant laisse indifférent, qu'aucune question ne soit posée, que ces hommes et ces femmes dits éducateurs  ne portent pas le soucis de l'avenir de cet enfant, qu'ils ne soient pas honteux de ce qu'ils ont fait.... Là, je ne comprends pas !  Aucune question n'est posée à l'équipe du primaire sur ce que devient Prikesh.
        Cette indifférence affichée me rend fou ! D'abord pour l'enfant, mais aussi pour moi éducateur ! l'éducation, ce n'est pas cela. C'est prendre des risques, tenter, rater, recommencer, trouver... ou pas, mais recommencer.
    Il y a peu, la surveillante demandait des livres de 6ème au CPE pour que l'enfant puisse travailler. Il lui a été répondu qu'il fallait qu'elle demande au professeur principal s'il voulait bien !

     J'ose croire que c'est de honte qu'ils ne posent pas de questions sur cet enfant.
        Comment peut-on se dire enseignement catholique et proclamer les valeurs de l'évangile en vivant ce grand écart ?
   C'est hors de mon entendement. Quand on dit qu'un collège privé catholique est ouvert à tous, faut-il penser qu'il est ouvert qu'à ceux qui peuvent payer ? Qu'à ceux qui ne dérangent pas ? Loin de moi de mettre tous les collèges dans le même panier. Certains sont remarquables d'accueil de la différence, de suivi de chacun... mais comment accepter de telles procédés ?
  Je citerai de mémoire un extrait de l'évangile. ce ne sera pas au mot près, mais j'espère que j'en conserve l'esprit :
 
                         "Si tu accueilles le plus petit, c'est moi que tu accueilles"


et un autre extrait cette fois-ci non de mémoire :

        «Entrez par la porte étroite, car la porte large et le chemin spacieux mènent à la perdition et il y en a beaucoup qui y entrent. Mais la porte étroite et le chemin étroit mènent à la vie et il y en a bien peu qui le trouvent.»
                             [ Saint Matthieu ] - Extrait de L’Evangile


     Hier, cet enfant a demandé à revenir en CM2 pour avoir de meilleures notes et pouvoir faire une vraie sixième dans un autre établissement. Il veut revenir dans un établissement où il se sait aimé, contenu, respecté, où les éducateurs tentent de lui renvoyer une belle image de lui, là où il pourra reprendre confiance en lui, en la vie.

    Pour moi, éduquer, c'est d'abord une histoire d'amour. Non de cet amour enfermant, projeté par l'adulte, mais un amour libérateur, confiant, respectueux de l'être humain, un amour qui offre des espaces pour apprendre l'école ... et la vie.

19112009509.jpg01102009223.jpg
   
Partager cet article
Repost0

commentaires

Qui Suis- Je ?

  • : Le blog de Jean-François LAURENT
  • : Présentation de mes activités de formateur, conférencier et écrivain dans les domaines de l'éducation : enfants intellectuellement précoces, HPI, EIP, APIE, ainsi que tout ce qui touche l'autorité, la violence, le conflit, les règles dans les établissements scolaires. Me retrouver sur le site : www.jeanfrancoislaurent.com
  • Contact

Classe De Cycle 3