Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

 

En famille

 

         Tout de suite, Juliette, la maman de Tom parle à son mari. C’est bien une maman :

- « Elle lui donne des bons conseils son Elise. Je la connais Capucine, c’est une petite enfant APIE de CM. Sa maman est super sympa. Elle ne fera pas de mal à notre Tom. Et bien, tu vois, je trouve qu’il est à la fois précoce sur ses sentiments et à la fois tout jeune. C’est beau, cela me touche quand il dit qu’il veut pouvoir l’amener à la maison pour jouer. Il a encore ce regard naïf enfantin si joli. Il veut juste savoir qu’il est aimé. C’est tout ! Qu’il est bien mon fils. »… Ah oui, au fait, tu as vu ce qu’il lui trouve de bien : « sportive, s’intéresse aux sciences, l’histoire, gentille avec tout le monde. Ils ne sont pas comme les autres nos zèbres !

- Ok, mais si elle ne veut pas de lui, il va encore souffrir.

- C’est vrai et il risque de ne plus oser aimer et exprimer ses sentiments parce que cela le blesse trop. Il y a de nombreux exemples comme cela. Mon ami spécialiste des  APIES m’a expliqué qu’ils risquent, à force de souffrir, de se réfugier dans les jeux vidéo, les rêves… et se retirer progressivement de la vie ou avoir peur des filles.

- Que peut-on faire ?

- Le sécuriser, beaucoup lui parler, l’aimer et lui donner une belle image de lui tout en le cadrant. Lui encore plus que les autres enfants. Il sera fragile toute sa vie. Il ne te rappelle pas quelqu’un ?

- Non, je ne vois pas.

- Et toi, combien de temps t’a-t-il fallu pour me dire que tu m’aimais ? Tu veux que je te rafraichisse la mémoire ? Tu as attendu trois ans, et lorsque je t’ai dit que je partais à l’étranger et que nous risquions de ne plus nous voir, tu t’es enfin jeté à l’eau. Tu étais totalement bouleversé quand tu m’as avoué que tu m’aimais. Tu avais peur que je me moque de toi, que je ne te respecte pas. A la limite, tu étais comme Tom maintenant. Peu importe que je dise oui ou non, il suffisait que tu me le dises. Cela faisait bien deux ans que je voulais sortir avec toi. Tu me le montrais sans jamais oser aller plus loin. Alors ?

- Oui, c’est vrai, je rêvais de toi tous les jours et toutes les nuits. Que de temps perdu ! Il ne faut pas que notre enfant soit comme moi à avoir de ses sentiments amoureux.

- On continue ? Il est déjà 23 H 30.

 

................

 

 

 

                                            Le 24 mars

 

 

 

Coucou Tom,

 

 

 

Toutes tes histoires avec ton ami Mathieu me font penser à un truc. Quand tu as de l’énergie en toi, souvent trop et que tu cries à l’injustice, soit tu vises quelqu’un d’autre, soit tu te vises toi-même, à la limite, il y a moins de risques.

 

- Alors, quand tu vises un autre directement, on va te reprocher d’être violent, agressif, invivable et tous les mots qui vont avec. Tu vas te faire punir et mal voir par les profs ou tes parents.

 

- Si tu ne dis rien, tu te blindes, mais le problème, c’est que tu te blindes aussi des belles émotions qui nous arrivent et tu risques de devenir un robot : « Beurk ! Remarque, là, tu ne souffres pas, mais tu ne vis pas. J’en vois plein des jeunes autour de moi qui ne font que passer du temps devant leur console. C’est un bon moyen de ne pas vivre et de se cacher de ses émotions. Remarque avant, nos parents, ils devaient se mettre devant la télévision et s’abrutir pour ne pas penser.

 

- Si tu retournes tout contre toi, il arrive ce que fait ton pote, il se fait mal, peut grossir ou comme moi, même si je ne le fais pas exprès, de l’eczéma ou des trucs comme ça.

 

Le mieux, c’est l’humour et les arts martiaux. Le judo ou le karaté… te donnent de l’assurance et tu n’as plus peur qu’un autre te fasse du mal. Sans jamais attaquer, tu peux mieux te défendre si on t’agresse. Et l’humour, c’est bien cool. Ça permet de voir la vie avec d’autres couleurs, mais aussi de désarmer ceux qui t’embêtent en les tournant en ridicule sans qu’ils puissent s’aligner parce qu’ils n’ont pas la réplique aussi facile que nous.

 

Mais le problème que je vois, c’est que je trouve qu’on est trop sensible. Moi, des fois, j’ai l’impression qu’on me transperce avec des épées. Qu’est-ce que c’est difficile. Je pleure facilement ou je rougis ou je ne dis plus rien ou je me mets tout de suite en colère. Ça dépend, tu parles d’un plaisir.

 

Tu vois, l’autre jour, je me suis fait secouer par une copine qui me parlait de la mort. Elle m’a dit cela :

 

- J’aimerai mourir ! Tu sais pourquoi ? Pour ne plus souffrir parce que j’ai peur que mes grands –parents meurent et que je souffre. Si j’étais morte, je ne souffrirais plus ! Même quand mes peluches tombent par terre, ça me fait de la peine. Je  me dis que si elles étaient vivantes, elles souffriraient. Du coup, je pleure souvent, même que je l’ai dit à ma maman que je voulais mourir. Elle a eu peur. J’ai cru qu’elle allait pleurer à son tour. Je n’ai pas compris. Tu crois que je suis folle parce que je veux savoir ce que c’est la mort, que j’ai envie de mourir pour être tranquille ? J’ai un autre copain qui m’a dit que lui, il voulait mourir parce qu’il s’ennuyait trop à l’école et dans la vie. Il racontait qu’on dit bien l’expression « s’ennuyer à mourir ! »

 

 

 

Tu dois t’apercevoir que mes discussions avec mes copines sont « stranges » (étranges) également et me posent plein de questions. Je crois qu’on est né comme cela à se poser toujours dix mille questions, à douter sans arrêt, à se poser des questions comme : « Pourquoi je vis ? Et si je mourrais ? Et si Dieu existait ? Pourquoi on souffre ? Comment je changerais le Monde …

 

Je m’arrête avec mes questions, c’est sans fin. Sur ce que j’écris pour te répondre, prends ce que tu trouves juste. Je ne dis pas que je détiens la vérité. Ce sont juste mes élucubrations quand je me mets à réfléchir.

 

 

 

A bientôt de te lire.

 

                           Elise

Partager cette page

Repost0

Qui Suis- Je ?

  • : Le blog de Jean-François LAURENT
  • : Présentation de mes activités de formateur, conférencier et écrivain dans les domaines de l'éducation : enfants intellectuellement précoces, HPI, EIP, APIE, ainsi que tout ce qui touche l'autorité, la violence, le conflit, les règles dans les établissements scolaires. Me retrouver sur le site : www.jeanfrancoislaurent.com
  • Contact

Classe De Cycle 3